Le fameux “deuxième niveau”

Il arrive souvent que les gens qui analysent ou critiquent un film, disent: “ce dont le film parle au deuxième niveau”. Il s’agit pour eux, tout simplement, d’utiliser le contenu du film comme on le faisait autrefois avec les paraboles de la Bible ou du Nouveau Testament et de dépasser les simples faits ou événements pour essayer de comprendre de quoi ceux-ci parlent dans le contexte dans lequel on les a placés ou par rapport au contexte actuel.
Lorsque Jésus se présente comme un berger qui rassemble son troupeau, personne ne pense qu’il s’agit vraiment de moutons…
De la même façon, un film ou un livre peut raconter une histoire mais en fait parler de complètement autre chose que de cette histoire comme telle, soit parce qu’il s’agit d’un commentaire politique, soit parce qu’il s’agit d’un commentaire social, etc. Ainsi situer une histoire dans une paroisse, nous permet de nous demander s’il ne s’agit pas, au deuxième niveau, d’un commentaire sur la religion catholique, puisque celle-ci est la seule à délimiter des paroisses. Le fait de situer l’action dans une paroisse est, aussi, significatif en soi: on y verra sûrement un curé, le sacristain, quelques fidèles… Ces gens ordinaires sont donc définis par leur religion et non par leur statut social ou leur profession, etc., à moins que justement le film vise à faire les lien entre la religion catholique et le statut social ou la profession des personnages.
De la même façon, la série télévisée qui met en scène une mosquée et les gens qui vivent autour de celle-ci, ne parle probablement pas de la religion catholique mais plutôt de l’Islam, sauf que comme nous sommes un pays majoritairement chrétien, le programme vise probablement à faire un lien entre les deux religions.
De la même façon encore, si l’action se situe dans une région d’un pays, par exemple le Sud des États-unis, comme spectateur, je dois comprendre que le film ne me parle pas de tous les états des États-Unis.

Prenons un autre exemple: le conte du Petit Chaperon Rouge. Autrefois, et c’était le cas de tous les contes, il servait d’enseignement aux enfants. La leçon était ici de ne pas s’aventurer dans des lieux inconnus. or dans les années 70, au plus fort du féminisme, le conte a été repris par les féministes pour en faire, au “deuxième niveau” un avertissement à toutes les femmes de se méfier des hommes.

Pour “atteindre” le deuxième niveau de sens du film, il faut donc tenter de ré-interpréter les faits et les événements du film, en les regardant à la lumière d’événements récents, du contexte de l’histoire du film, du contexte de production du film, etc. et de tenter de comprendre quel sens on a voulu donner au film.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s